L'AIRE LIBRE

http://airelibre.l-azimut.ch
L'Aire Libre répète et présente des pièces de théâtre et organise des spectacles.

L'ASSOCIATION L'ANECDOTE

http://anecdote.l-azimut.ch
L'Association l'Anecdote est un groupement de passionnés qui œuvrent pour la promotion de la culture dans la région d'Estavayer-le-Lac.

CINÉ 16

http://cine16.l-azimut.ch
Ciné 16 présente un cinéma d’ailleurs et un cinéma d’auteurs sortant des circuits habituels de programmation.

MEGAPHONE

http://megaphone.l-azimut.ch
L’association Megaphone a pour but de donner la possibilité à de jeunes formations musicales de se produire sur une scène équipée de matériel professionnel.

LA SCÈNE JUNIORS

http://lascenejuniors.l-azimut.ch/
La Scène Juniors offre l’opportunité aux enfants d’approcher les arts de la scène et le théâtre en priorité et d’acquérir ou de renforcer la confiance en soi.

Conférence 360°

http://conference360.l-azimut.ch
Conférence 360° donne la parole à des orateurs sur des sujets larges et variés.

 

l'azimut en images
[pdf]

 

 

facebook.com/lazimut.ch

 

CINÉMA

DRAME

ILO ILO (SINGAPOUR)

 

Ciné 16 Je 11 décembre 2014
20h00 (Portes 19h45)

Parce que leur fils Jiale est intenable, aussi bien à l’école qu’à la maison, Keng Teck Lim et sa femme Hwee Leng décident d’engager une «nanny» pour s’occuper du ménage et de leur fils. Ce sera Teresa, venue des Philippines. Mais Jiale refuse celle qu’il considère une intruse. Teresa saura pourtant conquérir le cœur du garçon. Auréolé de la Caméra d’or au dernier festival de Cannes, Anthony Chen mise en toute simplicité sur ce qui fait le bon cinéma: l’humour, l’émotion et le suspens.

Garçon perturbé par la perte récente de son grand-père, Jiale fait les quatre-cent coups et son école, privée, menace de le renvoyer. Ses parents, qui travaillent tous les deux, et n’ont d’autre solution que d’engager une domestique qui s’occupera à la fois du ménage et de Jiale. Teresa, comme beaucoup de ses compatriotes philippines, espère, avec ce travail, pouvoir nourrir sa famille restée au pays. La famille de Jiale n’est pas très riche non plus, elle et lui sont employés et vivent dans un quartier finalement plus populaire que bourgeois. Les premiers jours ne seront pas faciles pour Teresa, mais elle arrivera petit à petit à gagner la confiance et l’amitié du petit garçon, et l’estime de ses parents.

Ilo Ilo a ce grand mérite de ne pas chercher la confrontation d’extrêmes, au contraire, il nous montre en toute modestie la vie de gens simples obligés de se faire confiance s’ils veulent espérer une vie un tant soit peu meilleure. Ce point de vue assumé, qui ne prétend rien d’autre que de nous faire vivre avec cette famille le laps de temps d’un film, arrive à ce que chacun des gestes des personnages prenne une dimension à la fois légère – on a souvent l’occasion de sourire – et profonde. Le regard d’Anthony Chen donne à ses personnages une dignité émouvante, car il ne cherche pas la facilité de situations faussement dramatiques. La réalité de la vie suffit: la crise économique, qui a frappé l’Asie en 1997, finit par atteindre aussi la famille Lim. Là encore, le ton choisi par le jeune réalisateur sonne juste, aussi bien dans la mise en scène que dans le jeu des acteurs qui insufflent une telle vie à leurs personnages qu’on ne peut s’empêcher de les aimer. Ilo Ilo a beau être un premier film, il arrive à nous convaincre que son réalisateur sait de quoi il parle et, surtout, qu’il sait l’exprimer à l’écran.


CHF 10.00

Nago Peinture

ILO ILO (SINGAPOUR)

×

SPONSORING

×